mardi, juin 25, 2024
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierLes multiples vies de l'hôtel particulier de Jacques Servier à Neuilly

Les multiples vies de l’hôtel particulier de Jacques Servier à Neuilly

Un hôtel particulier de Neuilly détruit pour laisser place à des logements sociaux

La transformation de l’hôtel particulier de Jacques Servier

Avec sa glycine courant sur la façade et son vaste jardin en arrière-cour, cette maison de la rue Deleau à Neuilly-sur-Seine a abrité pendant de nombreuses années le domicile de Jacques Servier, fondateur du groupe pharmaceutique qui porte toujours son nom. C’est d’ailleurs à 50 mètres de là que Nicolas Sarkozy, qui a entretenu des liens étroits de longue date avec le Dr Servier, a vécu au tout début de sa présidence de la République. Dans ce quartier, à deux pas du bois de Boulogne et de la Fondation Vuitton, la demeure de celui qui a figuré parmi les 10 principales fortunes françaises n’avait pourtant rien de tapageur. L’hôtel particulier communiquait avec un autre bâtiment attenant situé dans la rue Laffitte qui avait, quant à lui, une utilisation exclusivement professionnelle pour des réunions et autres séminaires.

La préemption de la préfecture des Hauts-de-Seine

Au décès de Jacques Servier à 92 ans, en avril 2014, à peine deux ans après sa mise en examen dans le cadre du scandale sanitaire du Mediator, cet ensemble de deux bâtiments est mis en vente. Coup de théâtre : la préfecture des Hauts-de-Seine décide d’exercer son droit de préemption vers la fin de l’année 2015 pour construire à cet endroit des logements sociaux, dans une commune qui en compte moins de 5%. Et comme le maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin, confirme que les bâtiments en question ne disposent d’aucune forme de protection pour leur valeur architecturale ou patrimoniale, rien ne peut s’opposer à leur démolition.

L’exercice d’incendie pour détruire l’hôtel particulier

Pour que l’hôtel particulier puisse être demolie, les pompiers de Paris ont demandé la permission de s’y exercer à la lutte contre le feu en condition réelle. Ils ont en effet de très rares occasions de s’entraîner dans des conditions «réelles» surtout dans une maison, et le maire de Neuilly a autorisé l’exercice. L’opération s’est déroulée sans accroc à la fin juillet 2018.

La démolition et reconstruction de l’hôtel particulier

C’est finalement vers la fin 2019 que l’opération de démolition/reconstruction est lancée. Le projet est finalement porté par la commune de Neuilly-sur-Seine qui s’appuie sur le bailleur social Seqens. La construction de ces 35 HLM devrait coûter près de 10 millions d’euros, dont près de 6 millions pour l’achat des deux bâtiments existants et de leur terrain et plus de 4 millions pour la démolition et la construction à proprement parler. L’opération prend la forme d’un bail à construire de 35 ans au terme duquel, la commune qui a acquis le terrain récupérera en pleine propriété l’immeuble que le bailleur social a fait construire.

L’implémentation des logements sociaux

Du côté du service de l’Aménagement urbain et de l’habitat de la ville de Neuilly-sur-Seine on confirme qu’après une période de recours et de retards le chantier est dans sa ligne droite finale. L’immeuble disposera de deux entrées, rue Deleau et rue Laffitte et offrira des logements allant du T1 au T4. L’ensemble pourrait être livré dès février-mars 2024 et les premiers locataires pourraient faire leur entrée dès le printemps. En 2023 pour les locataires respectant les plafonds de ressources, les logements les moins chers restent sous la barre de 6 €/m² tandis que ceux en PLUS ne peuvent dépasser 6,7 €/m².

L’évolution des logements sociaux à Neuilly-sur-Seine

La commune chic de l’ouest parisien a plusieurs autres projets en cours. 26 nouveaux HLM (et 30 logements en accession) doivent voir prochainement le jour près de la mairie en lieu et place d’un garage Citroën tandis qu’un ancien hôtel de luxe Crowne Plaza, va être reconfiguré en 166 logements (dont 50 HLM). Tout cela sans parler du grand projet immobilier de la commune, sur l’avenue Charles de Gaulle avec un complexe qui mêlera vers 2025 une médiathèque, le centre technique municipal ainsi que 201 logements sociaux et 53 logements en accession.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES