lundi, mai 27, 2024
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierL'Italie souhaite lutter contre les locations de courte durée échappant à la...

L’Italie souhaite lutter contre les locations de courte durée échappant à la fiscalité.

Le gouvernement italien lance une offensive contre les locations de courte durée qui échappent au fisc, avec la création d’un « code d’identification national » pour traquer les logements touristiques non déclarés, explique Antonio Tajani, vice-Premier ministre. Cette mesure budgétaire devrait permettre d’accroître les recettes de l’État et de réduire la charge fiscale des familles. Par ailleurs, le gouvernement envisage de taxer davantage les propriétaires qui louent plus d’un logement sur des plateformes comme Airbnb, mais cette augmentation ne sera appliquée qu’à partir du deuxième appartement loué par chaque propriétaire.

Une mesure pour lutter contre la fraude fiscale

Le gouvernement italien prend des mesures pour lutter contre la fraude fiscale liée aux locations de courte durée. En effet, de nombreux propriétaires ne déclarent pas leurs revenus issus de ces locations, ce qui prive l’État de recettes fiscales importantes. C’est pourquoi le projet de budget 2024 prévoit la création d’un « code d’identification national » pour les logements touristiques. Ce code permettra de traquer ceux qui n’ont pas déclaré leurs revenus et d’assurer une plus grande transparence dans ce secteur. Antonio Tajani affirme que cette mesure contribuera à régulariser le système et à augmenter les recettes de l’État.

Une taxation plus élevée pour les propriétaires multi-logements

En plus de l’introduction d’un « code d’identification national », le gouvernement italien envisage également de taxer davantage les propriétaires qui louent plus d’un logement sur des plateformes de location de courte durée comme Airbnb. Cependant, cette augmentation ne s’appliquera qu’à partir du deuxième appartement loué par chaque propriétaire, ce qui ne concernera donc pas tout le monde. Cette mesure vise à limiter les abus et les excès dans le secteur de la location de courte durée, tout en maintenant une certaine flexibilité pour les propriétaires qui louent un seul logement.

Une réaction positive de l’industrie hôtelière

L’introduction d’un « code d’identification national » a été saluée par les professionnels de l’hôtellerie, qui dénoncent la concurrence déloyale des locations de courte durée. En effet, les propriétaires qui ne déclarent pas leurs revenus issus de ces locations peuvent pratiquer des tarifs plus bas que les hôtels traditionnels, ce qui nuit à leur activité. Maria Carmela Colaiacovo, présidente de la section hôtelière de la principale organisation patronale en Italie, la Confindustria, estime que cette mesure est un premier pas décisif pour lutter contre les activités incontrôlées qui affectent les villes touristiques du pays. Les locations de courte durée sont souvent pointées du doigt pour leur impact sur le marché immobilier et la pénurie de logements abordables dans les grandes villes.

Une hausse du taux d’imposition contestée

La hausse du taux d’imposition pour les propriétaires qui louent plusieurs logements a suscité des tensions au sein de la coalition gouvernementale. Le parti conservateur Forza Italia, fondé par Silvio Berlusconi et présidé par Antonio Tajani, s’est opposé à cette mesure, arguant qu’elle pénaliserait les propriétaires dès le premier appartement loué. Finalement, le gouvernement a décidé d’appliquer cette augmentation à partir du deuxième logement loué par chaque propriétaire, afin de limiter son impact sur l’ensemble des propriétaires.

Le gouvernement italien met en place des mesures

Afin de lutter contre la fraude fiscale liée aux locations de courte durée. La création d’un « code d’identification national » pour les logements touristiques non déclarés permettra de traquer les propriétaires qui ne respectent pas leurs obligations fiscales. Par ailleurs, une augmentation de la taxation des propriétaires multi-logements sur les plateformes de location est également prévue. Cette mesure vise à limiter les abus et à instaurer une plus grande équité dans ce secteur. Ces actions sont saluées par l’industrie hôtelière, qui dénonce la concurrence déloyale de ces locations de courte durée. La mise en place de ces mesures devrait permettre d’accroître les recettes de l’État et de réduire la charge fiscale des familles. Cependant, cette hausse de taxation a également suscité des tensions au sein de la coalition gouvernementale.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES