dimanche, décembre 10, 2023
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierSituation juridique complexe liée à la vente aux enchères de cette malouinière

Situation juridique complexe liée à la vente aux enchères de cette malouinière

La malouinière de la Houbarderie vendue aux enchères pour un prix dérisoire

Une vente par adjudication a récemment suscité beaucoup d’émoi dans la ville de Saint-Malo, en France. Il s’agit de la vente de la malouinière de la Houbarderie, une magnifique demeure de 2000 m² située dans le secteur de Quelmer-La Passagère, accompagnée de son parc de 7 hectares. Cette vente, qui a eu lieu le mercredi 20 septembre, s’est réalisée pour un montant de seulement 1,1 million d’euros. Cela peut sembler relativement peu, surtout lorsque l’on prend en compte le fait que cette propriété avait été évaluée à 7 millions d’euros. Le propriétaire, Jean-Michel Beaudouin, ne compte pas en rester là et conteste fermement cette vente, y voyant même une forme d’escroquerie.

Un différend financier à l’origine de cette vente controversée

La vente de la malouinière de la Houbarderie est en réalité le résultat d’un différend entre le propriétaire et sa banque, concernant une créance de 750 000 euros qui n’avait jamais été réglée. Afin d’éviter de perdre cette somptueuse propriété datant du début du 18e siècle, le propriétaire a décidé de régler cette dette à la dernière minute. Selon Me Yann Le Penven, l’avocat du propriétaire, « l’audience a commencé à 14h, le compte de M. Beaudouin a été débité à 14h01 alors que la vente proprement dite n’a débuté qu’à 14h45 ». Cette question juridique sera au cœur d’un combat juridique, puisque le propriétaire soutient que la créance est réglée dès que le compte est débité, tandis que la partie adverse insiste sur le fait que les fonds n’ont pas été reçus par la banque, étant donné qu’ils transitaient par un compte Carpa, le compte professionnel des avocats où ils doivent faire transiter l’argent de leurs clients.

La possibilité d’une surenchère durant 10 jours

En attendant que cette question soit tranchée, il est important de souligner que ce type de vente offre la possibilité d’une surenchère pendant 10 jours. Étant donné le montant relativement faible auquel la malouinière a été vendue, il est fort probable que des propositions soient émises. Quoi qu’il en soit, l’intérêt est bel et bien présent, même si Jean-Michel Beaudouin ne compte pas se séparer de son bien tant que cela sera possible. Le résultat peu élevé des enchères peut cependant s’expliquer selon Me Le Penven : « Pour faire une offre, il faut disposer du cash ou être totalement sûr de décrocher un prêt, ce qui peut être dissuasif actuellement. De plus, les lieux sont vendus occupés par la fondation de mon client, ce qui peut aussi réduire son prix ».

Une fondation dédiée à la biodiversité soutenue par le propriétaire

Selon Le Pays Malouin, le propriétaire, originaire de Saint-Malo mais résidant en Suisse, a l’intention de faire don de la malouinière à sa fondation Aleph B612. Cette fondation a pour objectif de promouvoir le dispositif Aleph, une machine créée par Jean-Michel Beaudouin qui permet de dépolluer en éliminant les mauvaises odeurs. En plus de cela, la malouinière pourrait être utilisée comme un lieu pédagogique, accueillant notamment des enfants et proposant des activités liées à la préservation de la biodiversité. Cependant, pour que cela soit possible, il est impératif que la vente soit annulée. Une nouvelle audience est prévue dans les deux à quatre prochains mois, et il est fort probable que la situation évolue d’ici là.

La vente de la malouinière de la Houbarderie à un prix nettement inférieur à son évaluation initiale a suscité de vives réactions. Le propriétaire, Jean-Michel Beaudouin, conteste cette vente et y voit une forme d’escroquerie. Un différend financier entre le propriétaire et sa banque est à l’origine de cette vente controversée. En attendant que cette question soit réglée, une période de surenchère de 10 jours a été ouverte. Malgré le résultat relativement bas des enchères, l’intérêt pour cette demeure est réel, bien que certains obstacles financiers et d’occupation par une fondation puissent décourager certains acheteurs potentiels. Enfin, le propriétaire souhaite faire don de la malouinière à sa fondation dédiée à la biodiversité, mais cela dépendra de l’annulation de la vente lors d’une prochaine audience.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES