jeudi, février 22, 2024
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierUne octogénaire prend une décision courageuse en vendant sa magnifique maison basque...

Une octogénaire prend une décision courageuse en vendant sa magnifique maison basque à perte

Amélie vend sa maison à Ahetze dans le Pays basque pour une somme bien moindre qu’elle aurait pu prétendre

Amélie, une octogénaire, a pris la décision de se séparer de sa magnifique propriété située à Ahetze, dans le Pays basque, pour une somme bien moindre que celle à laquelle elle aurait pu prétendre. Ce choix financier la pénalise, mais elle en est fière. D’après Lausséni Sangaré, le directeur du bailleur social Habitat Sud Atlantique (HSA), «Si elle avait vendu sa maison et son terrain au prix du marché actuel, elle aurait gagné au moins quatre fois plus». Pour lui, c’est une situation exceptionnelle qui est rare de voir en France et dans sa carrière professionnelle.

Une décision réfléchie

Pour Amélie, vendre sa maison à un prix largement inférieur à sa valeur est un geste tout naturel. Elle explique : « Quand on vieillit, on ne mange pas du foie gras ou du caviar tous les jours. On mène une vie simple ». Pourtant, la municipalité d’Ahetze et Lausséni Sangaré étaient inquiets quant à la santé mentale d’Amélie, âgée de 81 ans. Ils ont cherché à s’assurer que sa décision était éclairée. Cependant, pour l’octogénaire, cela a été du pur bon sens. Elle affirme qu’elle n’a jamais rien fait comme les autres et agit en âme et conscience.

Un geste pour l’avenir

Pourquoi a-t-elle choisi de rogner sur sa marge financière? Amélie explique clairement : «On voit trop de scandales, de jeunes qui ne peuvent pas accéder à la propriété. C’est un drame épouvantable qui se joue. Je ne fais pas de politique, mais on est en train de perdre notre âme au Pays basque». Elle a donc fait une proposition inattendue à Habitat Sud Atlantique en cédant son bien contre une rente, permettant au bailleur social de démolir la propriété pour développer un programme comprenant deux logements locatifs sociaux et d’autres installations.

Le projet « Oroitzen »

Cette proposition ressemble à un viager libre qui offre la possibilité au bailleur d’édifier une nouvelle résidence sociale. Ce concept est né après qu’Amélie ait reçu un courrier d’une agence immobilière lui proposant de vendre son bien à un prix élevé en raison de sa surface. Cela l’a mise dans une colère noire en raison de la crise du logement qui sévit dans la région. La résidence portera le nom qu’Amélie a choisi : «Oroitzen» (je m’en souviens), en hommage à ses parents. Elle inclura plusieurs installations, y compris un local médical pour quatre praticiens, 20 places de parking et un jardin partagé pour les habitants. Le permis de construire doit être déposé dans les prochaines semaines et la livraison est prévue pour fin 2025.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES