dimanche, décembre 10, 2023
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierLa banque peut demander un apport supplémentaire si le logement que vous...

La banque peut demander un apport supplémentaire si le logement que vous souhaitez acheter est mal isolé

L’influence de la performance énergétique sur l’octroi du crédit immobilier

Lorsque vous décidez de souscrire un prêt immobilier, les critères d’évaluation ne se limitent pas à votre épargne et à votre taux d’endettement. Les banques accordent également une importance croissante à la distance entre votre futur logement et votre lieu de travail, car un éloignement excessif peut impacter vos dépenses en carburant. De plus, les banques prêtent également une attention particulière à la performance énergétique du bien immobilier que vous envisagez d’acheter, en se basant sur le célèbre diagnostic de performance énergétique (DPE).

L’impact du DPE sur l’obtention d’un crédit immobilier

Si vous optez pour un logement énergivore (catégorisé DPE F ou G), la banque peut se montrer plus exigeante dans sa démarche envers vous. Selon la Fédération bancaire française, « le DPE est de plus en plus souvent exigé pour évaluer le projet immobilier proposé. Chaque établissement peut fixer ses propres critères d’appréciation. De plus, il est essentiel de connaître le niveau de DPE lorsque l’achat immobilier est destiné à de l’investissement locatif, afin d’évaluer la capacité du client à le louer sur la durée du prêt ». En d’autres termes, la présence d’un DPE peu performant nécessite un apport personnel supérieur à 10% pour espérer obtenir un prêt immobilier.

Les avantages liés à un logement à haute performance énergétique

Par ailleurs, les pires passoires énergétiques de la catégorie G sont désormais interdites à la location depuis janvier dernier, et cette interdiction s’étendra progressivement à l’ensemble des logements classés F d’ici 2028 et E d’ici 2034. La qualité énergétique des biens immobiliers est désormais prise en compte par les banques, tout comme les revenus de l’emprunteur et sa situation professionnelle, car elle impacte la liquidité du bien, son prix de revente futur ainsi que les dépenses mensuelles des emprunteurs. Certaines banques limitent ainsi le taux d’endettement à 30% pour les passoires énergétiques (contre 35% pour les autres logements), afin de s’assurer que le reste-à-vivre soit suffisant pour couvrir les factures énergétiques qui sont de plus en plus élevées.

Des taux bonifiés pour les travaux de rénovation énergétique

Certaines banques, telles que La Banque Postale, ont choisi d’encourager les acheteurs à réaliser des travaux de rénovation énergétique dès l’acquisition de leur bien immobilier classé de D à G en leur offrant un taux d’intérêt réduit de -0,30%, indépendamment de leur profil. Pour ceux qui entreprennent ces travaux plus tard, la décote sera moins importante, soit de -0,10%. Enfin, pour ceux qui s’engagent à acheter un logement neuf, récent ou déjà rénové, la décote s’élèvera à -0,20%. Cette initiative peut permettre aux acheteurs de réaliser des économies moyennes situées entre 10 000 et 20 000 euros, en fonction de l’ancienneté du bien immobilier. Par exemple, pour un prêt de 300 000 euros sur une durée de 20 ans, le coût du crédit serait d’environ 146 600 euros sans ces avantages, mais diminuerait à environ 142 800 euros (-0,10%) pour ceux qui effectueront les travaux plus tard, à 138 900 euros (-0,20%) pour ceux qui achètent un bien neuf, récent ou déjà rénové, et à 135 169 euros (-0,30%) pour ceux qui prévoient des travaux de rénovation énergétique dès l’acquisition de leur bien classé de D à G.

Il est clair

La performance énergétique d’un bien immobilier a un impact significatif sur l’obtention d’un prêt immobilier. Les banques sont de plus en plus attentives à ce critère, en considérant non seulement son influence sur l’environnement, mais également sur les finances des emprunteurs. En tant qu’acheteur, il est donc judicieux de s’intéresser à la performance énergétique du bien envisagé, non seulement pour bénéficier de taux bonifiés, mais aussi pour réduire ses dépenses énergétiques à long terme. Il convient également de noter que ces pratiques varient d’une banque à une autre, il est donc important de se renseigner auprès de différents établissements pour trouver l’offre la plus adaptée à ses besoins et son projet immobilier.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES