mardi, juin 25, 2024
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierLa résidence secondaire abandonnée de Richelieu renaît après des années d'abandon

La résidence secondaire abandonnée de Richelieu renaît après des années d’abandon

Le Carré Richelieu: la transformation d’une demeure historique

Située à Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines (78), à seulement 350 mètres du château, une bâtisse de 2124 m² habitables prend vie. Ce bâtiment historique n’est autre que l’ancienne résidence secondaire du Cardinal de Richelieu, dont il ne reste aujourd’hui que les murs épais de 90 centimètres. La demeure est classée et située en secteur sauvegardé, bien qu’elle ne présente aucun charme à l’extérieur. Matthias Bertetto, directeur général de Bécarré, un promoteur immobilier, est chargé de transformer cet emblème du passé en 26 logements, comprenant 4 maisons de ville, 7 logements sociaux et un commerce de 190 m².

Réhabilitation d’un lieu historique

Pendant près d’un siècle, de 1918 à 2005, la Banque de France avait pris possession des lieux. Après son départ, l’immeuble a été laissé à l’abandon, perdant rapidement sa splendeur d’antan. La mairie le considérait même comme un élément disgracieux du paysage. Les Architectes des Bâtiments de France (ABF) ont exprimé le désir de conserver la façade historique, une requête qui s’est avérée être tout un défi à relever. En effet, les petites fenêtres, caractéristiques de l’époque, posaient une contrainte dans un marché immobilier où les grandes ouvertures sont fortement prisées. Pour répondre à ce défi, le père de Matthias Bertetto, Jean-Jacques Remy, a souligné que les murs ont été conservés, en conformité avec les demandes des ABF, et que la façade a été recouverte d’un enduit à la chaux, respectant le style de l’époque. Cependant, de nouvelles fenêtres, en bois, ont été installées pour répondre aux besoins actuels. De plus, certains ajustements ont été faits pour créer un puits de lumière, permettant aux chambres de bénéficier de plus d’éclairage naturel.

Des jardins privatifs pour remplacer les balcons

Une autre contrainte dans la réhabilitation de cette demeure historique était l’impossibilité d’installer des balcons, afin de conserver l’intégrité de la façade extérieure. Cependant, dans un marché immobilier où les balcons sont devenus pratiquement incontournables, apportant une hausse de près de +10% sur les prix des appartements dans les 51 plus grandes villes de France depuis la crise sanitaire, des solutions ont dû être trouvées. Matthias Bertetto explique qu’au lieu des balcons, des jardins privatifs ont été proposés pour les habitations, répondant ainsi à une demande croissante sur le marché.

Une transformation innovante récompensée

En plus des ajustements extérieurs, l’équipe de Bécarré a dû transformer la salle des coffres de l’ancien bureau de la Banque de France, qui se trouvait en sous-sol. Cette salle a été convertie en souplex pour les 4 maisons de ville. Matthias Bertetto souligne que ce projet respecte le ZAN (zéro artificialisation nette), en reconstruisant sur du bâti existant, tout en répondant aux besoins actuels du marché et des futurs habitants. L’innovation de ce projet a d’ailleurs été récompensée par la médaille de bronze au challenge de l’habitant innovant 2024, dans la catégorie Transformation du Tissu urbain existant – Promoteur, organisée par le Pôle Habitat FFB. À ce jour, 50% de l’opération a été vendue et le projet est en cours de livraison, prévue pour mars 2025, avec un prix de 12.000 euros du mètre carré.

La transformation de la résidence secondaire du Cardinal de Richelieu

Cette transformation en un ensemble de logements modernes et de commerces témoigne de l’adaptabilité des promoteurs immobiliers face à des défis historiques et architecturaux. Le projet Le Carré Richelieu représente une réhabilitation innovante et respectueuse, offrant des solutions répondant aux besoins des futurs habitants tout en préservant l’intégrité du bâtiment historique.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES