mardi, avril 23, 2024
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierPourquoi les grattes ciels ne sont-ils pas populaires en Europe?

Pourquoi les grattes ciels ne sont-ils pas populaires en Europe?

La place des grattes ciels en Europe

Alors que l’Union européenne représente plus de 7% de la population mondiale, et même plus de 21% du PIB (produit intérieur brut) de la planète, elle ne compte que 0,7% des plus hauts immeubles du globe. Selon une enquête récente du magazine The Economist, la situation est assez surprenante. En compilant les chiffres du Conseil des immeubles de grande hauteur et de l’habitat urbain (CTBUH) de Chicago, on se rend compte que l’actuelle plus haute tour d’Europe, la Varso Tower du centre de Varsovie (Pologne) avec ses 310 mètres de haut, ne pointe qu’à la 172e place des bâtiments les plus élevés du monde.

Les freins à la construction de grattes ciels en Europe

Freins financiers, désamour, normes trop pesantes? Une chose est sûre: cela ne tient pas au manque de savoir-faire. Des architectes renommés comme Jean Nouvel, Christian de Portzamparc et Françoise Raynaud ont déjà réalisé des tours impressionnantes dans d’autres régions du monde. Toutefois, en Europe, l’envie d’habiter dans ces grandes tours type grattes ciels se fait souvent plus discrète au cœur de la vieille Europe. La majorité des très hautes constructions européennes se font en marge du continent, principalement du côté de la Russie, d’Istanbul ou de Londres.

L’Afrique bientôt devant l’Europe?

Il faut reconnaître que l’imaginaire des villes européennes traditionnelles ne réserve pas un très bon accueil aux tours. Contrairement aux États-Unis ou à l’Asie, la tour renvoie généralement un stéréotype de mauvaise qualité, de construction dans un emplacement périphérique, souvent pour du logement social. Un logement subi, plutôt que désiré. Ce contexte explique peut-être pourquoi la construction de grattes ciels a surtout prospéré dans d’autres régions du monde.

La réglementation stricte en matière d’urbanisme et de préservation du patrimoine est également un frein majeur à la construction de grattes ciels en Europe. De plus, les grandes fortunes de la planète qui investissent dans l’immobilier valorisent davantage les bâtiments historiques et patrimoniaux. Avec l’accent mis sur le zéro artificialisation nette, il est devenu crucial d’améliorer l’existant plutôt que de se lancer dans la construction de grattes ciels à grande échelle. Malgré les efforts déployés pour des projets tels que la tour Triangle à Paris, ce type de construction sera de plus en plus difficile à réaliser à l’avenir, en dehors de certains secteurs comme La Défense.

L’Europe n’est pas le continent leader en matière de grattes ciels, pourtant

Les avantages et les défis liés à ce type de constructions continuent d’interroger les experts du secteur immobilier, de l’urbanisme et des grattes ciels. La place des tours dans les paysages urbains européens reste un sujet de débat et d’étude, avec des implications à la fois culturelles, économiques et environnementales.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES