lundi, mai 27, 2024
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierUn promoteur est soupçonné d'avoir été favorisé par une ex-préfète

Un promoteur est soupçonné d’avoir été favorisé par une ex-préfète

Ancienne préfète de la région Centre-Val-de-Loire, Régine Engström est accusée d’avoir soutenu un projet immobilier de son ancien employeur, Nexity. Elle comparaît devant le tribunal pour prise illégale d’intérêts, une infraction qu’elle nie avoir commise. Au centre de l’affaire se trouve la caserne Gudin, un bâtiment du XIXe siècle situé à Montargis (Loiret) et laissé à l’abandon depuis 2009. Régine Engström, âgée de 59 ans, a été préfète de la région entre mars 2021 et août 2023, et elle est soupçonnée d’avoir soutenu un projet de Nexity visant à détruire une partie de la caserne pour y construire une résidence seniors haut de gamme.

Un conflit d’intérêts présumé

Avant d’être nommée préfète, Régine Engström a travaillé en tant que directrice des partenariats stratégiques et de la responsabilité sociale et environnementale chez Nexity. À l’époque, la caserne Gudin était classée aux monuments historiques, et des opposants ont argué qu’il s’agissait là d’une atteinte au patrimoine.

C’est le Parquet national financier (PNF) qui a cité Régine Engström à comparaître devant le tribunal correctionnel. Cependant, cette dernière affirme qu’elle a informé dès son arrivée dans la région qu’elle se dessaisissait de ce sujet en faveur du secrétaire général départemental et de la secrétaire générale aux affaires régionales. Toutefois, ce dessaisissement n’a pas été formalisé car selon elle, le secrétaire général du département lui a dit que la délégation de signature permettait d’exercer ce dessaisissement. Régine Engström insiste sur le fait qu’elle a réellement mis en place un dessaisissement.

Des questions de transparence

Il faudra finalement attendre le 11 mai 2022 pour qu’un arrêté de dessaisissement soit pris, suite à une injonction de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) et à la publication d’articles, notamment dans Mediapart. La présidente lui demande si elle comprend que l’objectif de cet arrêté de dessaisissement et de toutes les règles liées au conflit d’intérêts est d’assurer une certaine transparence. En ne prenant pas cet arrêté, l’histoire manque de transparence selon la présidente.

Parmi les éléments troublants, un mail envoyé par Régine Engström en octobre 2021 au cabinet de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, contestait les arguments des opposants au projet de Nexity. Régine Engström affirme qu’elle n’a pas écrit ce mail et indique qu’il a été rédigé par le secrétaire général du département et le sous-préfet de Montargis, mais que par protocole, c’est elle qui l’a envoyé. Elle précise toutefois qu’elle n’a pas modifié le fond du mail. Selon elle, le rôle du corps préfectoral était de transmettre des informations aux ministres. La présidente lui fait remarquer que cette situation est une fois de plus difficilement compréhensible.

Une affaire qui suscite l’incompréhension

L’affaire Régine Engström soulève des questions quant à la transparence et l’éthique dans le monde de l’immobilier et de l’administration publique. Les allégations de conflit d’intérêts et de soutien à un projet immobilier par une personne ayant travaillé pour la même entreprise suscitent de vives réactions.

Il est essentiel de respecter les règles de transparence et de mettre en place des mécanismes pour éviter tout conflit d’intérêts. Les déportations doivent être formellement établies et tout lien potentiel entre un haut fonctionnaire et une entreprise privée doit être pris très au sérieux.

La préservation du patrimoine est également un enjeu majeur dans ce dossier. La caserne Gudin, en étant classée aux monuments historiques, avait une valeur patrimoniale importante. Les opposants qui ont soulevé l’atteinte au patrimoine dans ce projet immobilier ont fait valoir des arguments légitimes et il est essentiel de les prendre en considération.

Affaire Régine Engström : Transparence et préservation

L’affaire Régine Engström met en lumière les problèmes potentiels de conflit d’intérêts et de manque de transparence dans le secteur de l’immobilier et de l’administration publique. Il est essentiel de veiller à mettre en place des mesures pour prévenir de tels conflits et d’assurer une gestion transparente des affaires publiques. De plus, la préservation du patrimoine doit également être une priorité afin de préserver notre histoire et notre culture.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES