lundi, mai 27, 2024
No menu items!
AccueilMarché de l'immobilierMarché de l’immobilierEt si on diminuait de moitié le loyer des logements peu énergétiquement...

Et si on diminuait de moitié le loyer des logements peu énergétiquement performants ?

Interdiction de louer les passoires thermiques : pas de report annoncé

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait laissé entendre une possible modification du calendrier de l’interdiction de louer les passoires thermiques, mais il a finalement rétropédalé la semaine dernière. Ainsi, les plus mauvais logements classés G seront bien interdits à la location à partir de janvier 2025, suivis des logements classés F en 2028. Cette décision risque de provoquer la sortie de plusieurs centaines de milliers de logements du marché locatif d’ici moins de deux ans.

Une transition en douceur proposée

Face à l’impossibilité de reporter cette interdiction, Yannick Ainouche, président de la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers de la Fnaim, a adressé une lettre au président de la République pour proposer une transition en douceur plutôt qu’une interdiction brutale. Il suggère ainsi de ne pas retirer du marché locatif les passoires classées G en 2025 et les F en 2028, mais de les louer à un loyer diminué de moitié. Cette mesure serait une forme de sanction moins abrupte, permettant aux propriétaires de continuer à percevoir un loyer sans perdre une source de revenus de manière aussi radicale.

Décote des loyers pour inciter à la rénovation

La mise en place d’une décote des loyers serait suffisamment contraignante pour inciter les bailleurs à rénover leurs biens, tout en évitant un retrait massif des passoires énergétiques du marché. Actuellement, le loyer des logements énergivores est déjà gelé depuis le 24 août, les propriétaires ne pouvant plus les augmenter. Si la proposition de décote des loyers est adoptée, cela représenterait une diminution de 50% du loyer.

Une période transitoire pour faciliter la transition

Cette décote laisserait également plus de temps aux acteurs du bâtiment, aux banques et aux professionnels de l’immobilier pour organiser cette transition en douceur. La période transitoire pourrait durer environ une année. Bien que symboliquement, cette décote des loyers risquerait d’être perçue comme un recul par certains, il s’agit d’une décision rationnelle permettant d’aborder cette transition de manière plus sereine et de désamorcer cette « bombe sociale » du logement, comme le souligne Yannick Ainouche.

Une solution face à la crise du logement

Cette proposition représente un moyen de résoudre partiellement la crise du logement qui ne cesse de s’aggraver. En encourageant la rénovation des passoires thermiques, cette mesure permet d’améliorer la qualité des logements tout en maintenant une offre locative. Ainsi, les familles ne seront pas privées de logement du jour au lendemain, et les propriétaires pourront continuer à percevoir une partie de leurs revenus locatifs.

Interdiction de location des passoires thermiques : une transition en douceur pour préserver l’offre locative

Malgré les attentes d’un possible report de l’interdiction de louer les passoires thermiques, le ministre de l’Économie a confirmé que les logements classés G seraient interdits à la location à partir de janvier 2025, suivis des logements classés F en 2028. Face à cette décision, le président de la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers de la Fnaim propose une transition en douceur, avec une décote de moitié sur les loyers des passoires thermiques, afin d’inciter à la rénovation tout en maintenant une offre locative. Cette mesure permettrait de résoudre en partie la crise du logement qui continue de s’aggraver.

RELATED ARTICLES

LES ARTICLES POPULAIRES