mardi, juin 25, 2024
No menu items!
Accueil Blog Page 2

Qui a bénéficié des crédits immobiliers plus flexibles?

Le marché immobilier en plein essor avec le printemps

Avec l’arrivée du printemps, le marché immobilier semble reprendre du poil de la bête. Les prix immobilier sont en baisse prix immobiliers, et du côté des crédits, les premiers signaux positifs se multiplient. Selon Pierre-Étienne Beuvelet, directeur général d’IN&FI Crédits, réseau de courtiers, les prospects et les dossiers instruits connaissent une forte hausse en ce début d’année par rapport à la fin de l’année dernière.

La baisse des taux de crédit dynamise le marché

La baisse prix immobiliers des taux de crédit joue un rôle important dans ce regain d’activité sur le marché immobilier. En effet, sur 20 ans, le taux moyen est légèrement inférieur à 4%, contre 4,5% en fin d’année dernière. Les meilleurs dossiers peuvent même espérer décrocher un taux de 3,4%, et sur 25 ans les taux s’échelonnent entre 3,6% et 4,1%. Maël Bernier de Meilleurtaux souligne que pour la première fois, les taux passent sous la barre des 4% sur 25 ans, ce qui constitue un symbole fort. Les banques sont même prêtes à faire des efforts au-delà des barèmes affichés, ce qui représente une réelle opportunité pour les emprunteurs.

En seulement quatre mois, le pouvoir d’achat des ménages a augmenté de 15 000 euros pour un emprunt de 200 000 euros. Même si cela ne compense pas les pertes de pouvoir d’achat subies lors de l’envolée des taux (passés de 1% à 4,5%), ce gain reste significatif sur une période aussi courte.

Des banques plus flexibles pour soutenir le marché

En plus de la baisse prix immobiliers des taux de crédit, une autre bonne nouvelle vient encourager le marché immobilier : les banques ont assoupli leurs exigences. Les banques font preuve d’une grande volonté, ne voulant pas laisser passer les opportunités, même si cela signifie traiter un nombre important de dossiers. Cécile Roquelaure, directrice d’études d’Empruntis, explique que l’apport personnel exigé reste toujours élevé, mais il a tout de même reculé de 20 000 euros depuis le début de l’année. Pour les primo-accédants, la baisse prix immobiliers s’élève à 23 000 euros sur la même période, ce qui constitue une bouffée d’oxygène pour ces profils souvent impactés par le resserrement du crédit.

Les investisseurs : les grands bénéficiaires de l’essor du marché

Un autre aspect à prendre en compte est l’augmentation des prêts « non conformes », une tendance favorable aux investisseurs. Ces prêts ne respectent pas les règles imposées par les autorités financières, notamment en termes de taux d’endettement et de durée d’emprunt. Leur part dans la production annuelle de crédits augmente, passant de 13,8% en août à 15,9% en décembre, selon la Banque de France. En décembre, environ 9000 dossiers ont bénéficié de ces assouplissements des critères d’octroi de crédit.

Les investisseurs locatifs sont les principaux bénéficiaires de cette évolution. 18,5% des prêts qui leur ont été accordés en décembre étaient non conformes, contre 13,6% en mai. Cette progression est une bonne nouvelle pour les locataires qui rencontrent des difficultés à trouver un logement, faute d’offres suffisantes. En revanche, les primo-accédants bénéficient moins de ces assouplissements, leur part de prêts non conformes augmentant peu.

En résumé, le marché immobilier semble retrouver son dynamisme, porté par la baisse prix immobiliers des taux de crédit et l’assouplissement des critères d’octroi de prêts. Les investisseurs sont particulièrement bienvenus dans ce contexte, tandis que les primo-accédants espèrent encore des baisse prix immobiliers de prix et de taux plus significatives pour concrétiser leurs projets d’acquisition immobilière.

Les pièces et rangements de cette résidence sont conçus pour être adaptatifs et réversibles.

L’immobilier neuf en pleine mutation: le concept d’habitat évolutif

Dans le secteur de l’immobilier neuf France, la flexibilité est devenue une valeur en vogue. Les grands promoteurs et constructeurs se penchent désormais sur des formes d’appartements à géométrie variable pour répondre aux besoins évolutifs des futurs propriétaires.

Des résidences totalement modulables

En 2022, Bouygues Immobilier avait déjà présenté sa gamme de «lofts configurables» baptisés Loji, et récemment, le tandem Arkea Flex a dévoilé un modèle de résidence où les appartements peuvent se séparer ou fusionner.

Aujourd’hui, c’est au tour du promoteur Urbat, filiale du groupe Vinci Immobilier basée à Montpellier, de formaliser le lancement de son concept d’habitat évolutif. Une approche novatrice qui s’adapte à l’évolution des besoins des futurs propriétaires.

Une réflexion poussée sur l’évolutivité de l’habitat

Urbat a mené une réflexion approfondie sur les différents aspects du logement, en partant notamment de la structure poteaux-poutres de ces nouvelles résidences. Ce mode constructif permet de n’avoir des murs porteurs qu’en périphérie du logement, offrant ainsi un large choix d’installation de séparations et cloisons.

Dès le T2, la formule «flexi-plans» permet d’envisager diverses configurations, notamment sur les plus grandes surfaces. Ainsi, au sein du même appartement, il est possible d’opter pour une cuisine classique ou une version «cuisine de chef», plus centrale et plus étendue.

Une évolutivité poussée dans l’aménagement intérieur

Côté chambres, il est facile de changer les pièces qui accompagnent la suite parentale, que ce soit un bureau/chambre d’ami, ou une vaste chambre d’enfant avec un espace de jeu transformable en deux chambres séparées par une cloison coulissante. La modularité se retrouve également dans les rangements, où un espace de 2m3 peut accueillir une buanderie tout équipée ou un espace de travail, au choix.

Jean-Christophe Laurent, président d’Urbat, souligne que toutes ces évolutions de l’immobilier neuf France, visent à une intensification de l’usage des espaces, en mettant notamment l’accent sur les mètres cubes plutôt que les mètres carrés, qui ne représentent pas des espaces à vivre. L’équipement optionnel de rangements sur rails qui se logent au plafond illustre parfaitement cette approche.

Des espaces extérieurs optimisés

La réflexion se poursuit également sur l’espace extérieur, qui doit représenter au moins 15% de la surface intérieure et profiter d’une profondeur minimale de 2 mètres. Ces espaces extérieurs se déclinent en plusieurs versions, avec ou sans rangements extérieurs. De plus, les logements issues de cet immobilier neuf France, promettent d’être largement bi-orientés pour maximiser la luminosité naturelle, bien que tous ne le seront pas à 100% en fonction de leur position dans la résidence.

Une offre intégrée à des prix compétitifs

Concernant l’impact sur les prix de l’immobilier neuf France, le promoteur souligne que dans un contexte où le financement reste délicat, ces nouveaux concepts restent «dans les prix du marché». Le concept d’habitat évolutif d’Urbat commencera à voir le jour dès cette année avec la livraison de 8 résidences dans différentes villes telles que Lyon, Marseille, Avignon, Nîmes, Pau et Toulouse.

La première résidence sera commercialisée dès la fin du mois à Idron, dans les Pyrénées-Atlantiques. Un certain nombre des innovations proposées ont été intégrées rétroactivement après l’obtention des permis de construire, mais tous les futurs projets intègrent désormais ces concepts novateurs.

Des équipements pratiques pour faciliter la vie quotidienne

Parmi les innovations proposées par Urbat, on trouve un local vélo «augmenté» permettant de stocker et réparer vélos, vélos-cargo, trottinettes ou poussettes. Par ailleurs, des paliers pratiques dotés de rangements privatifs sécurisés sont prévus pour 50% des appartements, évitant ainsi des allers-retours à la cave pour récupérer des objets encombrants.

En somme, le concept d’habitat évolutif d’Urbat représente une approche novatrice dans le secteur de l’immobilier neuf France, offrant aux futurs propriétaires la flexibilité nécessaire pour s’adapter à l’évolution de leurs besoins. Une réponse pertinente à un marché où chaque mètre carré compte et où la fonctionnalité des espaces intérieurs et extérieurs est devenue un critère essentiel.

Premier immeuble breton à inaugurer des toilettes sans eau

Installation de toilettes sèches dans une copropriété : un défi relevé

L’installation de toilettes sèches dans une copropriété est un défi complexe qui a été relevé avec succès au sein de l’habitat participatif baptisé L’Ôôôberge. Cet ensemble de 23 logements, inauguré en 2021, propose une mixité de habitations allant du T2 au T5, dont 15 en accession et 8 réservés au locatif social. Initialement équipés de toilettes à chasse d’eau, 17 logements ont progressivement opté pour des toilettes sèches, offrant même la possibilité de revenir à une version traditionnelle si nécessaire. Bien que ce choix ait suscité des interrogations et des moqueries au début, il semble aujourd’hui bien intégré par les habitants.

Une innovation écologique et pratique

L’agence d’architecture Rhizome, basée à Rennes, a collaboré avec la coopérative Eurosec, spécialiste des toilettes sèches et de l’assainissement, pour installer les toilettes Ecodoméo fabriquées à Marseille. Contrairement aux modèles classiques de toilettes sèches où de la sciure est jetée dans la cuvette, ces toilettes intègrent un tapis roulant qui remplace la chasse d’eau. Ce système permet de transporter les excréments vers un caisson situé à l’arrière des toilettes. Les matières fécales et le papier sont « désodorisés » dans une deuxième caisse ventilée par une VMC.

Réduction de la consommation d’eau, mais coût important

Les urines s’écoulent par gravité à l’avant des toilettes avant d’être récupérées dans l’une des trois cuves de 4m3 de l’immeuble. Elles seront utilisées comme lisier pour un lycée agricole local. En ce qui concerne les selles, le caisson doit être changé tous les 2 à 3 mois avant d’être composté pour une utilisation dans la végétation ou les cultures destinées aux animaux. Cette installation présente des contraintes évidentes et un coût significatif, estimé à 2000 euros HT par WC, sans compter l’installation globale du système. Cependant, une subvention de 30 000 € de l’Agence de l’eau a contribué à couvrir une partie de ces frais. Les habitants ont constaté une division par deux de leur consommation d’eau, ce qui est particulièrement significatif dans une région où l’eau est déjà très coûteuse.

Ajouter d’autres informations pertinentes et spécifiques à la copropriété, détailler le processus de mise en place des toilettes sèches, expliquer les avantages environnementaux, sociaux et économiques de cette initiative, mettre en avant les retombées positives de ce projet sur la communauté, etc. N’oubliez pas d’inclure des mots-clés pertinents pour le référencement, tels que « toilettes sèches en copropriété », « installation de toilettes écologiques », « réduction de la consommation d’eau », etc.

L’intégration de toilettes sèches dans une copropriété

Cette intégration dans une copropriété comme L’Ôôôberge représente une avancée significative en matière d’innovation écologique et de gestion des ressources. Malgré les défis et les coûts associés à cette installation, les avantages en termes de réduction de la consommation d’eau et de promotion de pratiques durables sont indéniables. Ce projet pionnier montre qu’il est possible de repenser nos habitudes quotidiennes pour un mode de vie plus respectueux de l’environnement.

Assurances plus coûteuses pour les résidences secondaires en raison du risque climatique: une nouvelle mesure de financement.

Les défis du système assurantiel français face aux risques climatiques

Avec les sécheresses, inondations à répétition et le poids croissant des sinistres concernant les maisons fissurées, le système assurantiel français semble confronté à un déficit structurel.

Pourquoi les grattes ciels ne sont-ils pas populaires en Europe?

La place des grattes ciels en Europe

Alors que l’Union européenne représente plus de 7% de la population mondiale, et même plus de 21% du PIB (produit intérieur brut) de la planète, elle ne compte que 0,7% des plus hauts immeubles du globe. Selon une enquête récente du magazine The Economist, la situation est assez surprenante. En compilant les chiffres du Conseil des immeubles de grande hauteur et de l’habitat urbain (CTBUH) de Chicago, on se rend compte que l’actuelle plus haute tour d’Europe, la Varso Tower du centre de Varsovie (Pologne) avec ses 310 mètres de haut, ne pointe qu’à la 172e place des bâtiments les plus élevés du monde.

Les freins à la construction de grattes ciels en Europe

Freins financiers, désamour, normes trop pesantes? Une chose est sûre: cela ne tient pas au manque de savoir-faire. Des architectes renommés comme Jean Nouvel, Christian de Portzamparc et Françoise Raynaud ont déjà réalisé des tours impressionnantes dans d’autres régions du monde. Toutefois, en Europe, l’envie d’habiter dans ces grandes tours type grattes ciels se fait souvent plus discrète au cœur de la vieille Europe. La majorité des très hautes constructions européennes se font en marge du continent, principalement du côté de la Russie, d’Istanbul ou de Londres.

L’Afrique bientôt devant l’Europe?

Il faut reconnaître que l’imaginaire des villes européennes traditionnelles ne réserve pas un très bon accueil aux tours. Contrairement aux États-Unis ou à l’Asie, la tour renvoie généralement un stéréotype de mauvaise qualité, de construction dans un emplacement périphérique, souvent pour du logement social. Un logement subi, plutôt que désiré. Ce contexte explique peut-être pourquoi la construction de grattes ciels a surtout prospéré dans d’autres régions du monde.

La réglementation stricte en matière d’urbanisme et de préservation du patrimoine est également un frein majeur à la construction de grattes ciels en Europe. De plus, les grandes fortunes de la planète qui investissent dans l’immobilier valorisent davantage les bâtiments historiques et patrimoniaux. Avec l’accent mis sur le zéro artificialisation nette, il est devenu crucial d’améliorer l’existant plutôt que de se lancer dans la construction de grattes ciels à grande échelle. Malgré les efforts déployés pour des projets tels que la tour Triangle à Paris, ce type de construction sera de plus en plus difficile à réaliser à l’avenir, en dehors de certains secteurs comme La Défense.

L’Europe n’est pas le continent leader en matière de grattes ciels, pourtant

Les avantages et les défis liés à ce type de constructions continuent d’interroger les experts du secteur immobilier, de l’urbanisme et des grattes ciels. La place des tours dans les paysages urbains européens reste un sujet de débat et d’étude, avec des implications à la fois culturelles, économiques et environnementales.

Abuser de la confiance en détournant l’usage d’un bien immobilier

Dans un arrêt révolutionnaire, la Cour de cassation redéfinit les contours de l’abus de confiance bien immobilier. Désormais, cette infraction ne se limite plus aux biens meubles mais s’étend aux immeubles, marquant un tournant dans la jurisprudence.

Les JO risquent de rendre les déménagements bien compliqués.

Les Jeux olympiques, événement mondial tant attendu, apportent avec eux des défis et des opportunités pour divers secteurs. Parmi ceux-ci, les professionnels de l’immobilier en région parisienne, et plus particulièrement ceux du déménagement, se trouvent au cœur d’une période intense. Dans cet article, nous explorerons l’impact potentiel des Jeux olympiques sur les déménageurs professionnels et les stratégies qu’ils adoptent pour faire face à cette situation exceptionnelle.

Impact potentiel des Jeux olympiques sur les déménageurs professionnels

Une étude menée par la plateforme Nextories auprès de plus de 260 entreprises du secteur de déménagement révèle que 3 déménageurs sur 4 sont inquiets de l’impact potentiel des Jeux olympiques sur leur activité. Selon eux, leur chiffre d’affaires pourrait chuter jusqu’à 50% à une période de forte activité.

Stratégies adoptées par les professionnels

Face aux restrictions de circulation et aux mesures exceptionnelles mises en place pendant les Jeux olympiques, les professionnels du déménagement optent pour diverses stratégies. Certains choisissent de boycotter purement et simplement la capitale durant cet événement, tandis que d’autres décident d’étendre leurs horaires de travail pour plus de souplesse. Certains préfèrent concentrer leur activité sur les plages horaires où la circulation est plus fluide.

Contraintes liées au déménagement pendant les JO

Il est essentiel de rappeler que la Ville de Paris met à jour des pages Internet dédiées aux formalités concernant la circulation et le stationnement pendant les Jeux olympiques. Ces pages fournissent des informations précises sur les différents périmètres d’accès (gris, bleus et rouges) ainsi que les justificatifs nécessaires pour effectuer un déménagement dans certains secteurs. Il est notamment exigé de présenter un justificatif de domicile et un justificatif du caractère «impératif» du déménagement pour les zones rouges.

Les professionnels redoutent les difficultés supplémentaires liées à cette période intensive, telles que les temps de déplacement rallongés, les difficultés de stationnement et les itinéraires obligatoires. Parmi les principales craintes évoquées par les déménageurs figurent «l’impossibilité de stationner ou d’accéder aux adresses de chargement et déchargement», ainsi que l’augmentation des coûts engendrée par la nécessité de recourir à des nuits d’hôtel et des heures supplémentaires.

Les défis et opportunités pour les professionnels de l’immobilier pendant les JO

Les Jeux olympiques représentent à la fois un défi et une opportunité pour les professionnels de l’immobilier en région parisienne. En effet, si les contraintes de circulation et les dispositifs de sécurité mis en place peuvent impacter négativement l’activité des déménageurs, cette période intense d’événements sportifs internationaux peut également offrir de nouvelles opportunités d’affaires.

Les professionnels doivent se préparer à faire face à des défis logistiques et organisationnels supplémentaires pour garantir la qualité de leurs services malgré les contraintes extérieures. Il est essentiel de mettre en place des stratégies adaptées pour s’adapter aux circonstances exceptionnelles et maintenir la satisfaction des clients.

L’importance de la planification et de la flexibilité

Dans ce contexte particulier, la planification et la flexibilité sont des atouts essentiels pour les professionnels de l’immobilier. Il est primordial d’anticiper les contraintes liées aux Jeux olympiques et de mettre en place des solutions innovantes pour garantir la réussite des déménagements pendant cette période sensible.

Les professionnels du déménagement doivent également s’efforcer de communiquer de manière transparente avec leurs clients pour les informer des impacts potentiels sur leurs services et des mesures prises pour minimiser les désagréments. La transparence et la réactivité sont des éléments clés pour maintenir la confiance et la satisfaction des clients pendant les Jeux olympiques.

L’adaptation aux nouvelles tendances du marché de l’immobilier

Les Jeux olympiques représentent également une opportunité pour les professionnels de l’immobilier et du déménagement de s’adapter aux nouvelles tendances du marché et de renforcer leur positionnement sur le secteur. En effet, cet événement d’envergure internationale met en lumière les enjeux et les opportunités de l’immobilier dans la région parisienne, et offre aux professionnels l’occasion de se démarquer par leur expertise et leur capacité à relever les défis.

Les professionnels de l’immobilier et du déménagement doivent saisir cette opportunité pour renforcer leur visibilité, leur réputation et leur attractivité sur le marché. En se positionnant comme des acteurs incontournables de l’immobilier pendant les Jeux olympiques, ils peuvent développer de nouveaux partenariats, conquérir de nouveaux clients et consolider leur positionnement sur le marché.

les Jeux olympiques : défi et opportunité pour les professionnels de l’immobilier en région parisienne

Pour relever ces défis, il est essentiel de se préparer en amont, de mettre en place des stratégies adaptées et de faire preuve de flexibilité et d’innovation pour garantir la réussite des déménagements pendant cette période sensible. Les professionnels du déménagement qui sauront anticiper les contraintes liées aux Jeux olympiques et s’adapter aux nouvelles tendances du marché pourront tirer pleinement parti de cette période intense d’événements sportifs internationaux pour renforcer leur positionnement et leur succès sur le marché de l’immobilier.

Premier achat immobilier : tout savoir sur les aides de l’État

Bienvenue dans l’aventure palpitante de l’acquisition immobilière, un rêve ambitieux surtout lorsqu’il s’agit de votre premier achat immobilier. Heureusement, l’État s’est armé de dispositifs pour alléger vos démarches et soutenir votre projet. Les aides de l’État représentent une bouée de sauvetage financière pour nombre de primo-accédants qui souhaitent franchir le seuil de la propriété. Mais quelles sont ces aides et comment en bénéficier ?

Arrêt du bouclier tarifaire: votre loyer risque-t-il d’augmenter après le 1er avril?

Fin du plafonnement des loyers : ce qui va changer pour les locataires et les propriétaires

Le plafonnement de la hausse des loyers, fixé à +3,5%, arrive à sa fin. Le dispositif, prolongé jusqu’au 31 mars 2024, ne sera pas reconduit selon le ministère du Logement. Cette décision de la fin du plafonnement des loyers divise l’exécutif et suscite des réactions mitigées chez les locataires et les propriétaires.

Une hausse plafonnée jusqu’en 2024

La variation de l’Indice de référence des loyers (IRL) est limitée à 3,5% jusqu’à l’IRL du premier trimestre 2024. Cela signifie que la hausse des loyers restera plafonnée jusqu’à la mi-avril, date à laquelle la nouvelle IRL sera publiée sur le site de l’Insee. Cependant, à partir du deuxième trimestre 2024, l’IRL ne sera plus soumis au bouclier tarifaire (fin du plafonnement des loyers) et pourra dépasser les 3,5%.

Pas d’augmentation pour les passoires énergétiques

Les logements classés F ou G sur le Diagnostic de performance énergétique ne sont pas concernés par cette mesure de fin du plafonnement des loyers. En effet, les loyers de ces passoires thermiques sont gelés et ne peuvent pas être augmentés.

Pas de flambée prévue pour la fin 2024

Malgré la fin du plafonnement des loyers, les propriétaires ne pourront pas augmenter leur loyer de manière excessive. Ils devront respecter la hausse maximale fixée par l’IRL publié chaque trimestre sur le site de l’Insee. Après la fin du plafonnement des loyers, la révision du loyer se fait une fois par an, à la date anniversaire du bail ou à une autre date convenue par les parties.

Anticipation d’une inflation maîtrisée en 2024

Selon la Direction générale du Trésor, l’inflation utiliser pour calculer l’IRL devrait diminuer en 2024, à +2,6%. Grâce au ralentissement des prix de l’alimentation et des biens manufacturés, une flambée des loyers n’est donc pas prévue pour la fin de l’année 2024.

La fin du plafonnement de la hausse des loyers

Cette fin du plafonnement des loyers marque un tournant pour les locataires et les propriétaires. Si les locataires pourraient voir une augmentation de leur loyer au-delà de 3,5% à partir du deuxième trimestre 2024, les propriétaires devront continuer de respecter les règles fixées par l’IRL. Il sera intéressant de suivre l’évolution de la situation et de voir si les prévisions d’inflation se concrétisent en 2024.

Est-ce que le nombre de logements neufs a atteint son point le plus bas ?

La crise de la construction de logements neufs en France : une situation inquiétante

Le secteur de la construction de logements neufs en France traverse une profonde crise, comme en témoignent les dernières données publiées par le ministère de la Transition écologique. En effet, le nombre de mises en chantier a chuté de plus de 25% en un an, avec moins de 284.000 ouvertures de chantier enregistrées en février 2024. Cette baisse est particulièrement marquée pour les maisons individuelles, avec une chute de près de 33% en un an. De plus, seuls 365.000 nouveaux logements ont été autorisés, en baisse de près de 22% sur 12 mois.

Les causes de la crise : taux de crédit élevés, désintérêt des investisseurs et hausse des coûts

Cette crise s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, la demande de logements a été impactée par les taux de crédit élevés, bien qu’en baisse, ainsi que par le désintérêt des investisseurs pour l’investissement locatif jugé moins rentable. En outre, le secteur du logement neuf est confronté à la hausse des coûts de construction et à l’envolée des prix du foncier.

Des perspectives incertaines malgré un léger plateau

Malgré cette situation alarmante, il semblerait que les courbes des logements autorisés et commencés commencent à dessiner un « plateau », notamment pour les permis de construire. Cela pourrait indiquer qu’un plus bas a été atteint, mais les perspectives de relance restent incertaines. Le gouvernement a promis un « choc d’offre » pour relancer la machine, avec l’objectif ambitieux de construire 30.000 nouveaux logements d’ici trois ans. Cependant, cette quantité semble dérisoire par rapport aux besoins réels du marché immobilier en France.

Les banques pointées du doigt

Les banques sont également pointées du doigt dans cette crise de la construction de logements neufs en France. En effet, l’exécutif accuse les établissements bancaires de ne pas accorder suffisamment de prêts immobiliers, ce qui limite l’accès à la propriété pour de nombreux ménages. Des discussions sont en cours pour mettre en place ou généraliser des dispositifs de niche afin de faciliter l’accession à la propriété. Cependant, le temps presse, car comme le soulignent les experts du logement neuf, « l’offre de demain se prépare dès maintenant ».

La Fédération du bâtiment prévoit la disparition de 150.000 emplois dans le secteur du bâtiment en 2024 et 2025. Face à cette situation, le ministre du Logement, Guillaume Kasbarian, a promis un projet de loi visant à améliorer l’offre de logements pour les classes moyennes.

En conclusion, la crise de la construction de logements neufs en France est une situation préoccupante qui nécessite des actions concrètes et rapides pour relancer le secteur et répondre aux besoins du marché immobilier.